Le kyste synovial

Définition :

Il s’agit d’une tuméfaction bénigne, remplie de liquide gélatineux produit par la membrane synoviale qui tapisse les tendons ou les articulations.

Mécanisme :

Le kyste peut être d’origine articulaire (kyste arthro-synovial) ou se développer à  partir de la gaine des tendons (kyste téno-synovial). Son apparition peut être spontanée ou secondaire à un traumatisme.

Les symptômes :

Il s’agit d’une tuméfaction tendue, plus ou moins mobile, parfois douloureuse et pouvant occasionner une gêne dans les mouvements ou la saisie des objets. La taille  varie d’une période à l’autre avec parfois des périodes de disparition complète.

On distingue différents types :

  • Kystes dorsaux du poignet
  • Kystes de la gouttière du pouls, à la face antérieure du poignet
  • Kyste des doigts
  • Kystes de la poulie, à la racine du doigt

Examen complémentaire :

Une échographie peut être demandée afin de déterminer la consistance de la tuméfaction. De même qu’une radiographie standard pour les formes d’origine articulaire.

Le traitement :

1 kyste du poignet sur 4 disparaît spontanément dans les 6 mois suivant son apparition. Il n’y a donc pas d’exérèse chirurgicale de principe.

Les traitements par écrasement du kyste ou ponction sont peu recommandés car source de récidive .

Le traitement chirurgical est justifié en cas de gêne fonctionnelle, esthétique ou de douleur.

Il consiste à retirer le kyste à sa base d’implantation afin de minimiser le risque de récidive. Deux techniques sont actuellement proposées :

  • exérèse du kyste à ciel ouvert
  • exérèse  du kyste sous arthroscopie : outre l’exérèse du kyste, cette technique permet de diagnostiquer d’éventuelles lésions articulaires associées aux kystes et de réaliser une synovectomie articulaire.

Elle peut être réalisée en ambulatoire. Elle est source de peu de complications et permet une récupération rapide de la main. Le taux de récidive sous arthroscopie est équivalent au taux par technique classique, à ciel ouvert.

Les complications spécifiques du kyste synovial :

– récidive du kyste : 10% des cas environ . La reprise chirurgicale est discutée et proposée surtout en cas de gêne.

– cicatrice inesthétique

– douleurs cicatricielles : par inflammation ou irritation des branches cutanées nerveuses autour de la cicatrice. L’évolution est généralement favorable au bout de plusieurs semaines

– raideur articulaire