Le Syndrome du canal carpien

Définition :

Il s’agit de la traduction clinique de la compression du nerf médian au sein d’un tunnel ostéo-fibreux situé sur le talon de la main :  le canal carpien.

Mécanisme :

Le canal carpien est formé dorsalement et latéralement par les os du carpe, et est recouvert au niveau palmaire par le ligament annulaire antérieur du carpe. Le nerf médian et neuf tendons fléchisseurs passent par ce canal.

Toute lésion qui diminue de façon significative les dimensions du tunnel carpien (inextensible) peut engendrer un syndrome du canal carpien.

Les causes sont multiples et les facteurs favorisants les plus importants sont : les activités intenses et répétitives sollicitant les tendons fléchisseurs , les modifications hormonales (grossesse, période péri-ménopausique, hypothyroïdie).

Les symptômes:

Les premiers symptômes sont sensitifs, au niveau des 3 ou 4 premiers doigts : fourmillements, picotements, sensation d’électricité, de brûlures , la nuit plus fréquemment.

Dans les formes plus évoluées, les symptômes sensitifs peuvent devenir permanents et s’associer à une perte de la sensibilité des pulpes, une faiblesse voire une fonte musculaire.

Examens complémentaires :

L’électromyogramme est l’examen complémentaire essentiel.

Il permet de confirmer le diagnostic, de préciser le lieu et l’importance de la compression, ainsi que de rechercher une compression associée d’un autre nerf.

Le traitement :

Il dépend de l’importance de la compression, c’est à dire de la sévérité des signes cliniques et électriques.

  • Le traitement médical

Dans les formes débutantes et peu sévères .

Il consiste en le mise en place d’un attelle de repos nocturne et l’infiltration de dérivés cortisonés

  • Le traitement chirurgical

Il est indiqué en cas d’échec d’un traitement médical bien conduit, de déficit neurologique ou de forme ancienne ou sévère.

Le principe est d’élargir le canal carpien par la section du ligament annulaire antérieur du carpe

  • soit par technique classique : incision au niveau de la paume de la main
  • soit par technique endoscopique

Evolution postopératoire :

Après l’intervention, les fourmillements nocturnes disparaissent généralement dès la première nuit.

En cas de perte de sensibilité avant l’intervention, la récupération peut être longue, voire incomplète dans les formes les plus évoluées, puisque la repousse du nerf est de l’ordre d’un millimètre par jour.

Une douleur au « talon » de la paume est fréquente et peut durer plusieurs semaines voire mois.

Le manque de force est habituel pendant plusieurs mois (prise d’outils, port de charges lourdes..) et variable selon les patients.

La reprise des activités dépend de leur nature et se fait à 3 semaines en moyenne.

Complications spécifiques au canal carpien :

– persistance des troubles sensitifs : 3 diagnostics sont à évoquer et discutés avec le chirurgien et l’aide d’un nouvel EMG

  • ouverture incomplète du canal carpien nécessitant une ré intervention
  • lésion neurologique associée (éventualité la plus fréquente) :compression nerveuse à un autre niveau (coude, colonne cervicale) ou d’une atteinte du nerf (neuropathie diabétique, polyneuropathie)
  • plaie du nerf médian, exceptionnelle. Il faut réintervenir en urgence pour réparer le nerf

– ténosynovite, doigt à ressort

– récidive : moins de 1% des cas. Elle est recherchée en cas de réapparition des fourmillements. Un EMG doit être réalisé et une réintervention est possible.